Ce qu’il ne fallait pas manquer en mai

Photo article mai

Écrit par Lola Molina

27 mai 2022

}
Temps de lecture : 4 minutes
Temps de lecture : 4 minutes

1er mai : revalorisation du SMIC

Le montant du SMIC s’est vu le 1er mai dernier être augmenté de 2,65 %. La raison première de cette augmentation est la hausse de l’inflation. Mais c’est surtout une résultante de la loi. En effet, cette dernière prévoit une revalorisation du SMIC lorsque l’indice des prix à la consommation des ménages les plus modestes augmente de plus de 2%. 

Pour rappel, l’indice des prix à la consommation est défini par l’Insee comme « l’instrument de mesure de l’inflation. Il permet d’estimer, entre deux périodes données, la variation moyenne des prix des produits consommés par les ménages ». 

Lorsque ce dernier augmente de plus de 2%, il est alors prévu par la loi que le SMIC soit augmenté de la même proportion. Et ce fut le cas entre le mois de novembre 2021 et le mois de mars 2022 avec une augmentation de plus de 2,65 %. 

Afin d’être plus explicite, voici les nouveaux montants du SMIC : 

–        SMIC mensuel brut : 1 603,12 € -> 1 645,58 €.

–        SMIC mensuel net : 1 269 € -> 1 302,64 €.

Informations supplémentaires :

Le SMIC est également automatiquement revalorisé tous les 1 janvier en fonction de deux indicateurs : 

–        L’inflation des 20% des ménages avec les revenus les plus faibles 

–        La moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et employés

Il est alors possible de constater que sur une période d’un an (du mois de mai 2021 au mois de mai 2022) le SMIC a été augmenté de 5,9% en passant de 1 230,60 € à 1 302,64 € nets.

1er mai : revalorisation des indemnités journalières 

Allant de pair avec l’augmentation du SMIC, les indemnités journalières touchées lors d’un arrêt de travail ont elles aussi été revalorisées à la hausse. 

Pour rappel, les indemnités journalières sont versées par la sécurité sociale afin de venir compenser la perte de salaire durant un arrêt de travail. Ces dernières peuvent commencer à être versées au minimum le 4ème jour après le début de l’arrêt, ce délai se nomme le délai de carence. Par la suite, elles sont en général versées tous les 14 jours. 

Aujourd’hui le montant maximum de ces indemnités journalières est fixé à 48,69 €. Ce chiffre n’est pas donné au hasard, il correspond en effet, à 50% du salaire journalier de base qui est lui-même calculé en faisant la moyenne des salaires bruts des 3 derniers mois de travail. 

Toutefois, le salaire d’un employé est pris en compte pour calculer ses indemnités journalières dans la limite de 1,8 fois le SMIC soit 2 962,04 € bruts. Un salarié ayant un salaire supérieur à ce montant touchera quand même 48,69 € et pas plus. C’est ce que l’on nomme un montant plafond, les indemnités journalières ne pourront pas excéder cette valeur. 

13 mai : reconduction du dispositif « covid 2 » pour le mois de février 2022

Un décret adopté le 13 mai a été publié dans le journal officiel ce 14 mai dernier. Ce décret vient reconduire les aides mises en place par le dispositif « Covid 2 ». Le but de ce dernier est de venir aider les entreprises des secteurs qui ont été le plus touchés par la situation sanitaire. Cela passe par l’exonération et les aides au paiement des cotisations du mois de février. 

Néanmoins pour percevoir l’exonération et les aides au paiement de 20% des cotisations sur la période d’activité du 1er décembre au 28 février, certaines conditions sont à remplir : 

–        Entreprise de moins de 250 salariés 

–        Exerçant dans le secteur S1 ou S1 bis (principalement : hôtellerie et restauration) 

–        Interdiction d’accueillir du public 

–        Une baisse du chiffre d’affaires d’au moins 65%

Toutefois dans les cas où la baisse du chiffre d’affaire est supérieure à 30% mais inférieure à 65% alors les employeurs perçoivent uniquement l’aide au paiement de 20%. Et ce taux est passé à 15% pour la période de février. 

Ce dispositif peut également s’appliquer pour des mandataires sociaux ou des travailleurs indépendants, mais dans des conditions différentes. 

24 mai : prolongement des aides pour les contrats d’apprentissage

Le 24 mai, le ministre du travail, du plein-emploi et de l’insertion, Olivier Dussopt a annoncé le prolongement des aides aux entreprises pour les contrats d’apprentissage. Et ce, jusqu’à la fin de l’année 2022 au moins. Ces dernières étaient censées prendre fin le 30 juin 2022. Elles rentrent dans le dispositif « un jeune, une solution » et prennent la forme de primes d’une valeur de 5 000 € pour les mineurs et 8 000 € pour les majeurs. Cela permet donc de relancer et de favoriser l’apprentissage.

31 mai : date butoir pour le versement de la prime d’intéressement et de participation

Rappels : 

Intéressement : correspond à un plan d’épargne salariale qui peut être mis en place dans une entreprise et qui concernera tous les employés. Il permet de verser une prime à ces derniers en fonction du résultat et de la performance de l’entreprise. 

Participation : correspond également à un plan d’épargne salariale qui est obligatoire pour toutes les entreprises qui ont employées au moins 50 salariés durant 5 ans sans interruption. Il permet alors de verser aux salariés une part des bénéfices de l’entreprise. 

Le versement de ces primes doit avoir lieu au plus tard à la fin du 5ème mois qui suit la clôture de l’exercice comptable. Ce qui signifie donc un versement au plus tard le 31 mai 2022 pour les entreprises ayant clôturé leur exercice au 31 décembre 2021. En cas de non-respect de cette date, l’employeur prend le risque de devoir payer des intérêts de retard qui sont de 0,36%. 

Mais le mois de mai a aussi été marqué par : 

–  La fin du port du masque dans les transports en commun

– La déclaration d’impôts sur la fortune immobilière

– La fin du dépôt des dossiers pour les bourses et les logements

Vous aimeriez peut-être aussi…

Ce qu’il ne fallait pas manquer pendant l’été

Ce qu’il ne fallait pas manquer pendant l’été

Revalorisation du SMIC au 1er août Une nouvelle hausse du Smic au 1er août augment le revenu minimum de 26 euros nets par mois. Le Smic brut est de 1 678,95 euros bruts, soit 1 329,05 euros...

Le petit déjeuner pour bien démarrer la journée !

Le petit déjeuner pour bien démarrer la journée !

Vous avez sûrement déjà entendu dire que le « petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée » ! Effectivement c’est un repas essentiel (mais pas obligatoire) car c’est...

Ce qu’il ne fallait pas manquer en juin

Ce qu’il ne fallait pas manquer en juin

1er juin -        Revalorisation du plafond des indemnités journalières de sécurité sociale Le mois dernier, le SMIC avait été revalorisé et donc la conséquence...

Share This